Micheline Lo, "Le Tombeau d'Hergé" ,1987, vinyle sur toile, 216 x177 cm

 

Le moteur du tableau a été la dernière page de l'Alph'Art, interrompue par la mort d'Hergé, avec la dégringolade des cases vides, d'un blanc insondable. Ensuite les Hergé noir et blanc, qui m'ont toujours paru plus pulpeux que les Hergé couleur.

Il me semblait aussi impossible de profaner une de ses cases par un dessin B.D. J'ai donc évoqué par grandes nappes un parcours B.D. avec (1) l'entrée en aventure, (2) le retournement, (3) la chute, (4) le mystère, (5) la progression, (6) l'interruption. Un peu d'humour à la case noire : Flupke peintre de Bruxelles la nuit. Le H de la signature, bien sûr celui d'Hergé, évoque celui d'Haddock, auquel Hergé déclarait s'être le plus identifié, et celui en plexiglas dont Haddock fait l'acquisition dans l'Alph'Art.

Peut-être surtout, je savais, pour avoir assisté à son exclamation admirative devant un pur jeu de cadres de David Lipszyc, qu'Hergé n'était pas un simple amateur, mais un dévot d'art abstrait.

Micheline Lo

Tiré de Papyrus et Pop Art, Nivelles, 1987

accueil    précédent    suivant