HERIBERTO LÓPEZ PÉREZ

À  LA  MANIÈRE  D'UN TÉLÉGRAMME  DEPUIS  LE  TROPIQUE 

Nous devons croire l'artiste lorsqu'elle nous dit : " Je pense parfois que je reviendrai à l'art figuratif ". La question épineuse n'est pas celle du figuratif ou du non-figuratif, mais celle du trait lui-même. Le trait est ce avec quoi nous écrivons et aussi avec quoi nous dessinons. Chez Micheline Lo, les deux traits font partie d'une même émotion ; ceux du pinceau très proches de la graphie en pierre qu'on devine sur la peau de la pierre de Rosette, qui d'ailleurs hante tout peintre. Peindre est une forme d'interprétation. "Les Chemins des écritures" s'inscrivent sur le champ du deuil des traits. Entre les traits du dessin et les traits de l'écriture apparaissent des taches, qui nourrissent les symbolismes, où reposent les chemins fondamentaux de toute peinture.

Nous savons que le réalisme est une dissociation fatale de la sensibilité. Grâce à la chevauchée fantastique du figuratif échappé au non-figuratif, l'oeil du spectateur constate la couleur des images mentales et la mélodie dont elles sont les lumières filantes. Quand j'ai vu pour la première fois "Les Chemins des écritures", j'avais demandé à Micheline : " Dans quelle galère tu t'es mise ? " C'était une conflagration des couleurs de l'horizon en même temps que les rayons du zénith, et quelque part un feu Saint-Elme coupant la vision. Elle dit qu'elle peint le paysage cérébral. Et en effet. Les simulacres figuratifs sortent de régions non-figuratives, la fiction se produit au bout d'éléments analogiques, seule manière d'arriver à donner le ton de ces deux univers qui se mélangent.

Puisque l'artiste donne à voir d'après une attitude hypnotique, il faut se laisser conduire par le vertige. A la fin chacun emportera son nouvel écran percé par des espaces qui meubleront l'écriture couleur de ses images mentales. Avec une disposition claire de l'intérieur/extérieur qui génère le processus de la construction des objets. Ce qu'il y a de presque miraculeux dans cette peinture c'est de nous faire connaître d'où viennent les objets : des taches des images, qui les emportent vers le lieu de signes productifs. Je dirais qu'on est dans la cuisine métaphysique d'Héphaistos. Traits figuratifs qui mènent à bon port les teintes et les éclats des récits et des vers de Saint-John Perse.

Ici au Tropique, ce sont les livres peints des Aztèquesbqui nous conduisent sur les chemins de l'écriture. Le soleil belge doit être heureux de toute cette lumière réfléchie qui monte de la terre.

mardi 29 septembre 1998 14:30

accueil    précédent    suivant